Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Temps De Se Présenter

  • : Le temps de lire
  • Le temps de lire
  • : Les livres que j'ai lus et aimés. "J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot" Honoré de Balzac
  • Contact

Le temps d'aimer

Recherche

Le temps de lire aujourd'hui

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KMc9Gb%2B1L._SL160_.jpg

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41radEzu8pL._SL160_.jpg

Archives

7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 11:06

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41wfQC3snfL._SL160_.jpg

 

Un avion sans elle, Michel Bussi, Les Presses de la Cité, 2012.

Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas plongée dans un polar ou thriller. Quel bonheur en plus de tomber sur un bon roman qui ne vous fait pas décrocher. 

 

Un avion sans elle commence ainsi : début des années 80, vol Turquie-France pour les fêtes de Noël, un crash... Un seul survivant, un bébé d'environ 3 mois... Le problème, à bord il y avait deux bébés du même âge.  Deux familles l'une riche, l'autre modeste se battent pour obtenir cette jeune fille, un détective privé est même sur le coup pendant 18 ans, il a une révélation juste avant de se suicider, l'affaire est résolue. Oui mais son corps est retrouvé dans sa maison peu de temps après... Reste seulement son carnet où il a consigné toute l'enquête. Et vous voilà parti pour un aller-retour entre les années 80 et 1998 où la jeune fille, survivante, vient d'avoir 18 ans et est toujours en quête de son identité. 

 

Je n'ai pas décroché de ce roman pendant une petite semaine, une seule chose m'importait le moment où je pourrai me plonger à nouveau dedans. Incroyable ! L'auteur fait monter la tension au fur et à mesure, il vous révèle beaucoup de choses, certaines que vous pressentez mais vous avez toujours un doute et certaines informations qui sont lâchées comme de petites bombes et que vous ne comprenez qu'à la fin. Disons que les dernières 150 pages, vous ne pouvez les lire que d'une traite car on ne peut fermer le livre si proche de la résolution finale. 

 

Une telle intrigue de nos jours n'a plus de sens, on pense tout de suite au test ADN... Justement, l'auteur joue avec les époques, les techniques, les personnages, les intrigues car plusieurs choses se jouent dans ce roman. L'identité de la jeune femme est un véritable enjeu pour elle, pour sa famille, pour sa relation de couple (bien sûr est-elle amoureuse de son frère ?). Tout ça s'entremêle, se démêle et vous ne devinez que des bribes de choses, tout ne s'éclaire qu'à la fin. Merveilleux. Pour les non amateurs de cadavres à tout va, on est tranquille, rien de sanguinolant, les descriptions succinctes sont suffisament évocatrices. 

 

Un livre à dévorer. 

Repost 0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 08:05

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41miM7JhtyL._SL160_.jpg

 

Premier livre que je lis de cet auteur et visiblement pas le dernier ! Un très bon polar que l'on dévore ! Il suffit de quelques jours pour lire ce livre, malgré un nombre de pages conséquents. 


L'histoire : Un flic qui a commis une bavure reprend du service avec une affaire peu commune, une série de meurtres avec des corps qui ont une étiquette de morgue et des indices qui semblent avoir été laissés là exprès. Aucun lien entre les victimes apparemment... Mais là où les enquêteurs passent, les meurtres continuent. Qui sont ces victimes qui ne semblent pas avoir vécues, que personne ne semble connaître ? 


Une intrigue qui avance lentement mais attention aucun ennui. Car l'intrigue s'amplifie au fur et à mesure, tel personnage apparaît, il semble sans importance, on l'oublie un peu puis on se rend compte qu'il est lié fortement au suspect. Une tension qui monte puis redescend et on repasse au maximum. Tout est finement entremêlé. De même on trouve de tout, une tension qui va de l'enquête jusqu'à des scènes d'action intenses presque, jusqu'à une résolution qui n'est manichéenne et assez subtile. 


J'aime bien les polars, et il faut dire que les images créées par ce polar ne semblent pas renouveler le genre, notamment les personnalités des personnages sont caractéristiques : celle du flic désavoué qui a du mal à s'adapter à la société,  son coéquipier qui a une famille, un supérieur qui met la pression. Rien de nouveau, mais pourtant ce polar n'est pas qu'une histoire pour se divertir et frissonner. Il contient une image de la société américaine, une critique du système américain des agences secrètes. Plus qu'un polar donc une critique de la société. Ce regard distancié est intéressant et renouvelle le genre. L'intrigue et le fait de démonter un système nous tient les 600 pages du livre. 


 

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 09:00

couv44068949

Je voulais lire ce roman depuis un moment, depuis que j'avais adoré La femme du monstre. J'avais adoré le côté machiavélique des personnages, malsains et en même temps l'auteur révèle leurs fragilités. Tout n'est pas noir ou balnc et bien souvent on ferme les yeux sur ce qui est atroce. 

 

Alors celui-ci est assez court, je l'ai dévoré en peu de temps. L'auteur ne laisse pas les choses s'installer, on est dedans dès le début. L'histoire est presque résumée dans le titre, un père promet à sa femme de venger l'assassinat de son fils tué sur la route et abandonnée, il part à la recherche du tueur. Le lecteur est suspendu à cette recherche, va t-il trouver l'assassin ? une fois trouvé ne va-t-il pas se tromper ? Et la police dans tout ça ? Va-t-il le tuer ? Ou pas ? Que de questions et jusqu'à la fin un suspense insoutenable. 

 

Bref, j'ai adoré cette histoire car on va de rebondissement en rebondissement, rien n'est jamais acquis pour aucun des personnages, le doute est permanent pour eux et pour nous par ricochet. Les personnages sont assez terribles, certes on peut penser que l'assassin est antipathique et terrifiant par sa lâcheté mais les autres personnages aussi. Rien n'est acquis. Que dire de cette femme qui pousse son mari à venger la mort de leur fils ? Que dire du père aussi ? On a envie de le plaindre et finalement il se transforme lui-même en bourreau et ira-t-il au bout de sa mission ? Et la femme du tueur ? Aussi machiavélique que le tueur lui-même, quel est son rôle ? On ne va pas s'attacher à aucun des personnages car finalement ils sont médiocres dans ce qu'ils vont entreprendre, aucun n'a le courage suffisant pour agir. Ils sont tous manipulés et croient manipuler les autres. 

 

Le roman est vraiment bien construit car finalement l'action ne se passe qu'au début et ensuite c'est tout le côté psychologique des personnages qui fait avancer le livre. C'est vraiment un thriller psychologique, pas de sang, pas de meurtre toues les cinq minutes, pas de tueur en série mais une cruauté qui est bien présente et qui se distille dans la vie de tous les jours. C'est terrible mais rien d'oppressant pour le lecteur, on avance en compagnie des personnages, on suit leurs différents points de vue et on se promène dans le temps pour arriver à ce qui doit se faire et à cette phrase : "Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils". 

 

J'ai adoré, je n'ai qu'une envie découvrir Adieu qui est sorti assez récemment. 

Repost 0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 07:29

couv12164192

 

L'histoire se passe au Mont Saint-Michel à la fois à notre époque où le lecteur suit une archéologue qui est passionnée de l'époque Romane et qui fouille à Cluny, mais aussi en 1023 dans l'abbaye bénédictine avec un frère maître d'oeuvre de la nouvelle abbaye du Mont. Comment ces deux personnages ont-elles leur destin lié ? Comment finalement vont-ils se rencontrer ? Toute l'histoire est liée aux pierres du Mont. 

 

Le roman a pour fond l'histoire du Mont Saint-Michel, les constructions romanes qui sont le coeur du roman, mais on balaye un peu tous les siècles et on voit l'évolution de l'abbaye. Mais dans l'Histoire, on a encore deux histoires : la première une histoire d'amour qui se déroule au Moyen-Age et qui se dévoile dès le début du roman mais dans un deuxième temps le roman prend une nouvelle tournure à la manière d'un polar. 

 

C'est un roman passionnant et un bon moyen pour découvrir l'histoire du Mont, j'ai beaucoup aimé l'enquête menée par l'archéologue pour savoir ce qui a pu se passer à l'époque romane. Pour que les personnages des deux époques se rencontrent, cela passe évidemment par un peu de paranormal et donc il ne faut pas trop avoir un esprit cartésien pour apprécier le roman. Parfois cependant c'est un peu trop je trouve. Mais cela ne gêne pas la lecture et ce n'est que ponctuel. 

 

J'ai vraiment adoré cette histoire, on est vraiment plongé dans l'histoire, elle a presque un aspect documentaire c'est d'ailleurs ce qui m'a le plus plu : l'histoire des vieilles pierres. On est vrament capté dans une histoire qui entrtient le mystère tout au long, il ne s'essoufle jamais, un rebondissement, une nouvelle information et vous êtes de nouveau attiré par le Mont, lieu très intrigant. 

Un bon moment de détente, un polar historique, une histoire merveilleuse, un peu magique, un peu comme le Mont. 

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 08:10

Un livre prenant et palpitant ! 

 

couv35147617

 

En Italie, le lecteur suit un personnage bien connu : Léonard de Vinci. Mais ce n'est pas le Léonard que l'on connaît, certes c'est un inventeur de génie mais serait-il aussi un tueur en série qui découpe les visages de ses victimes. Et dans ce cas pourquoi ? Là est tout le mystère. 

 

J'ai beaucoup aimé le côté enquête : les meurtres d'hommes importants de l'aristocratie italienne à Florence, Venise, Milan, s'enchaînent assez horribles. Tout est assez mystérieux dans ce roman, on se pose beaucoup de questions. Il faut vraiment attendre la fin pour comprendre le noeud de l'intrigue. Un polar qui fonctionne bien. 

 

Un roman policier sur fond historique, à la période de la Renaissance, qui nous met en contexte les inventions de Léonard de Vinci. Histoire et polar, une bonne association pour une lecture prenante et instructive. 

 

Si vous aimez les polars, l'histoire, vous passerez un bon moment de lecture. Rien de révolutionnaire dans le genre mais détente assurée et oubli du temps qui passe une fois plongée dans cet univers. 

 

Quatrième de couverture : Milan, Venise, Florence, des hommes sont retrouvés morts, leurs visages patiemment écorchés... Pas ou peu de témoins... il semblerait qu’aux abords des lieux des crimes, d’étranges créatures aient été aperçues. L’inspecteur Vittore enquête et demande l’aide du génial Léonard de Vinci pour le seconder. Parviendront-ils à résoudre cette énigme et à faire cesser ces abominables meurtres ? Et les victimes sont-elles vraiment innocentes ? Qui se cache donc sous le masque du “voleur de visages” ?

Repost 0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 14:27

couv8952058.jpg

 

Le roman s'ouvre sur l'Europe des années 60, alors que l'empire nazi a conquis toute l'Europe. Il ne subsiste qu'un front à l'est contre la Russie et le président des Etats-Unis : Joseph Kennedy (père de JFK) s'apprête à signer un traité de paix avec l'Allemagne. C'est donc un monde d'effroi qui nous est dépeint, une victoire quasi complète d'Hitler sur le monde entier. 


Mais ce n'est pas seulement une uchronie, c'est-à-dire une réécriture de l'Histoire, mais c'est avant tout un polar. En effet deux anciens hommes, clés de voûtes du parti, ont été retrouvés tués. Un troisième est menacé. Une enquête banale pour Xavier March. Mais plus il avance dans son enquête, plus la Gestapo s'intéresse à lui et cherche à le museler. Beaucoup de suspense donc... Et surtout un rythme effréné, une course contre le temps pour résoudre ces mystères. C'est donc un polar très bien mené.


La résolution de l'enquête est une véritable révélation pour les personnages, mais pas vraiment pour le lecteur, car l'auteur propose une autre interprétation de l'Histoire, mais finalement ce qui est dit a bel et bien existé. L'auteur nous invite à nous remettre en question. En effet, il semble facile de fermer les yeux sur ce qui se passe en réalité, ou de savoir des choses sans les révéler. Il invite aussi à savourer notre liberté, car l'Europe décrite ici est bien sombre. 


Ce roman est vraiment bien construit mais comme la révélation finale n'est pas vécue comme un choc, que l'on peut atttendre lorsqu'on lit un polar. Mais tout l'univers plus ou moins imaginé compense est en soi bouleversant, si on pense que cela aurait pu existé. 


A lire pour les fans de la seconde guerre mondiale, de polars, un roman qui nous interroge sur ce qu'aurait pu être l'Europe si les nazis n'avaient pas été vaincus. Effrayant ! 


Quatrième de couverture : Berlin, 1964. Depuis que les forces de l'Axe ont gagné la guerre en 1944, la paix nazie règne sur l'Europe. Seule, l'Amérique a refusé jusqu'ici le joug. Mais dans quelques jours, le président Kennedy viendra conclure une alliance avec le Reich. Ce sera la fin du monde libre. Deux meurtres étranges viennent perturber les préparatifs. Les victimes sont d'anciens S.S. de haut rang jouissant d'une paisible retraite. Chargé de l'affaire, l'inspecteur March s'interroge. S'agit-il d'un règlement de comptes entre dignitaires ? Mais, s'il s'agit d'affaires criminelles pourquoi la Gestapo s'intéresse-t-elle à l'enquête ? Quelle est cette vérité indicible qui tue tout ceux qui la détiennent et semble menacer les fondations même du régime ? Le mystère s'épaissit et, dans Berlin pavoisée, les bourreaux guettent prêts à tout pour étouffer dans la nuit et le brouillard les dernières lueurs de la liberté.


Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 19:29

Le deuxième volet de la saga Les voies de l'ombre : Stigmate. 


9782253123347-G.jpg

 

 

Résumé :

On retrouve Kurtz, le machiavélique. Comme dans le premier volet, on se retrouve à ses côtés, dans son cerveau même : effrayant ! Le roman s'ouvre sur les personnages principaux que l'on a laissés dans le premier : Rufus, le policier et les victimes de Kurtz qui ne peuvent reprendre leur vie normale. Ils partent à la recherche du tueur...

 

Ce qui m'a plu : 

Le premier volet était génial, celui-ci est dans la même veine. L'histoire est incroyable. On ne raconte pas seulement l'histoire d'un tueur qui enferme ses victimes, les manipule mais il semble que ce soit presque un super-héros. Il n'a en effet aucune faiblesse, ou si peu, il prévoit tout. Son intelligence est effrayante. 

Ce personnage est présenté sous les aspects les plus noirs, il est mauvais et on le côtoie au plus près. Le lecteur connaît presque tout de lui, sa psychologie est très détaillée. 


Ce que j'ai moins aimé : 

Je l'ai peut-être trouvé un peu plus long au démarrage. Mais je n'étais pas non plus dans une grande période de lecture, je l'ai un peu laissé traîner. 

Certains personnages que je trouvais sympathiques sont devenus antipathiques, je ne peux pas en dire plus, mais vu les situations, cela se justifie. 

On pressent un peu trop la fin. Le premier, j'ai été scotchée par la fin, une vraie révélation ! Et pourtant, même si la fin est un peu prévisible, elle est bien préparée, en tout cas. 


Le bilan : J'ai adoré le deuxième tome, moins riches en surprises que le premier certes, mais je prévois sous peu la lecture du troisième. 

Je ne suis pas une grande spécialiste du genre, mais je crois que cette saga fait partie des meilleurs livres que j'ai lu.

Si vous voulez du suspense, frissonner, vous ne serez pas déçu. 

 

La quatrième de couv' : Quand un monstre fascinant et obscène prend la parole et surgit à nouveau face à ses anciennes victimes, elles n’ont pour seules issues que la fuite, la mort… ou les « voies de l’ombre », le système implacable d’un criminel qui leur dévoile en chuchotant les secrets de sa folie.

« J’ai de l’amour pour mes chiens d’attaque. Certains il a fallu les tabasser, d’autres pas.
Il n’y a pas de règles. C’est ça l’extraordinaire chimie de la nature humaine. C’est passionnant.
Approche-toi, ami voyeur. Et n’aie pas honte de ton vice. Viens pénétrer le monde d’un artiste du crime. Il est temps que je me présente et que j’offre ma réflexion à la multitude. »

 

Repost 0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 09:05

Un livre plein d'émotions et envoûtant ! 

couv70434334.jpg

Une jeune femme accompagne sur une plage une petite fille qui joue, elle détourne son regard pour prendre une photo d'un phoque mort sur la plage, elle cherche la petite fille, elle a disparu. 


Pour la jeune femme une longue descente aux Enfers commence... Cette petite fille n'était pas la sienne mais celle de son fiancé qui doit se marier avec elle dans quelques semaines. Il s'éloigne petit à petit de la jeune femme. 


Les recherches commencent : un enlèvement ? une noyade ? Le temps passe, la jeune femme ne désespère jamais, sa ténacité relève parfois de la folie. Elle y croit, elle va la retrouver...

 

C'est un beau roman, d'une grande finesse psychologique. En effet, on suit les pensées de cette jeune femme pendant un an, les phases d'espoir, de découragement, les doutes et les certitudes de son amour pour son fiancé, la jeune fille.

Le roman est ponctué de petites digressions sur la photographie, sa passion, les clichés sont décrits de manière si précise et si poétique qu'on partage vraiment cette passion pour cet art. 

 

Ce n'est pas aussi haletant qu'un polar, l'histoire ne va pas à cent à l'heure, on suit les personnages pendant une année, on insiste sur leur psychologie, mais il n'empêche que c'est très prenant car on se pose toujours cette question : va-t-elle retrouver cette petite fille ou devient-elle folle ? 

 

Un roman qui mêle suspense et beauté des choses et des sentiments. 


Quatrième de couv' : Un froid matin brumeux sur Ocean Beach à San Francisco. Emma sautille sur le sable. Abby surveille la fillette de son compagnon qui court devant elle. Elle détourne un instant le regard, son oeil de photographe professionnelle a repéré quelque chose... Lorsque Abby se retourne à nouveau, la fillette a disparu.

Noyée ? Enlevée ? Perdue ? En l'absence de demande de rançon et faute d'indices matériels, la police clôt l'enquête. Jake, le père, s'enferme dans le chagrin et s'éloigne d'Abby. Elle seule continue de croire qu'Emma est vivante. Sa quête de l'enfant sera sa rédemption.
Se rappeler, à tout prix : la plage, la vague, le parking, le van, le phoque échoué. Torturant sa mémoire, Emma traque l'indice majeur, l'instant fatal, la première minute de l'année brouillard...

Repost 0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:16

Génial et horrible ! 

9782266189590


Au cours de ma lecture, je n'ai pas cessé de dire : "ce n'est pas vrai ? ", "c'est horrible ! ". Parce que le roman est vraiment machiavélique ! 


On suit un tueur en série, un fou qui pense être le fils d'un violeur en série. Il a l'intelligence de maîtriser ses émotions, de comprendre celle des gens ce qui lui permet de rester discret tout en réalisant des actes insoutenables. 


Dans un deuxième temps, nous suivons davantage le journaliste qui essaie de retrouver ce tueur. Va-t-il réussir ? Telle est la question, il est si proche et si loin de la vérité en même temps... 


J'ai bien aimé le fait de suivre plusieurs personnages, même ceux qui semblent insignifiants, car finalement ils peuvent avoir une influence sur la suite de l'histoire. En revanche, il est parfois un peu dur de suivre cette multiplication des personnages car c'est le contexte qui nous permet de comprendre qui est cette personne, on ne nous donne pas son identité d'emblée. 


J'ai adoré cette lecture, à ne pas pouvoir m'en détacher. La fin m'a un peu déçue : je m'attendais à une fin grandiose après toute cette montée d'angoisse... Je suis un peu restée sur ma faim de ce côté-là.


Mais il n'empêche que c'est un polar qu'il faut lire.
A ne pas manquer, un classique du genre !


Quatrième de couv' : À 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère. Il s’en échappe quinze ans plus tard et entame un périple meurtrier particulièrement atroce à travers les États-Unis. Très vite, une chasse à l’homme s’organise : la police, la presse et la mafia sont aux trousses de cet assassin hors norme, remarquablement intelligent, méticuleux et amoral. Les destins croisés des protagonistes, en particulier celui d’Adam Kenton, journaliste dangereusement proche du meurtrier, dévoilent un inquiétant jeu de miroir, jusqu’au captivant dénouement. 

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 12:20

Prenant et terrible ! 

2070338304

Un homme (Nick) plaque sa vie aux Etats-Unis et part en Australie pour entreprendre un voyage initiatique dans le désert australien. Il achète un combi et c'est l'aventure ! Le désert est rude, il fait chaud, l'eau manque cruellement, la solitude est là. L'homme se pose des questions sur son passé, son avenir, et il fait face à des préoccupations matérielles qui peuvent faire tourner son aventure en cauchemar...


L'atmosphère est lourde, pesante... Sûrement grâce à la chaleur décrite dans le roman.
L'homme rencontre une jeune femme qui veut faire le voyage avec lui, ils partent ensemble et c'est une aventure plutôt plaisante qu'il vit alors et qui lui fait oublier la rudesse du climat. 

Mais voilà, dès qu'il est attaché à cette jeune femme, l'histoire commence réellement... Et on peut dire que ce qu'il a vécu jusque là comme mésaventure c'était du gâteau... Maintenant c'est l'enfer ! 

Un roman dont j'avais entendu parler en bien et dont je ne connaissais pas l'histoire. Je n'ai pas été déçue. Il est vraiment prenant et terrible, vraiment ce que l'on recherche dans un polar psychologique. Un roman vraiment surprenant, on s'attend au pire : le héros va-t-il s'en sortir ? 


Du suspense, de la réflexion, des sentiments, j'ai vraiment adoré !

 

Ce roman m'a réconcilié avec Douglas Kennedy car je n'avais vraiment pas aimé La femme du Ve et j'ai découvert cet auteur par ce roman. 


La quatrième de couv' :  " Remarquable ! " ; " Drôle et terrifiant " ; " Impeccablement construit, j'ai adoré. "... Autant de propos de lecteurs entendus après la découverte de ce premier roman ou comment réussir du premier coup un véritable exploit et devenir du jour au lendemain le créateur de l'un des meilleurs romans noirs de l'histoire du genre. Ni plus, ni moins. Ce récit d'un voyage au paradis des grands espaces australiens qui vire au cauchemar éveillé est un petit bijou. Nick, héros bien malgré lui de ce thriller féroce, n'avait rien contre ce pays avant d'écraser un kangourou par une nuit sans lune. Sa rencontre avec la jeune et robuste Angie va le mener en plein cœur du bush. Au milieu de nulle part. Au sein d'un clan d'allumés coupés du monde, sans aucune route pour quitter ce traquenard. Nick, désormais, n'aura qu'une seule obsession : comprendre ce qu'il fait là et sauver sa peau. Fuir alors que toute la communauté le surveille...


Repost 0