Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Temps De Se Présenter

  • : Le temps de lire
  • Le temps de lire
  • : Les livres que j'ai lus et aimés. "J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot" Honoré de Balzac
  • Contact

Le temps d'aimer

Recherche

Le temps de lire aujourd'hui

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KMc9Gb%2B1L._SL160_.jpg

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41radEzu8pL._SL160_.jpg

Archives

10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 08:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KMc9Gb%2B1L._SL160_.jpg

 

J'avoue qu'au début, j'ai eu un peu de mal à accrocher, je trouvais le tout un peu trop décousu, c'est pour cela que je ne commence pas par un résumé du roman. En effet à chaque chapitre correspond un personnage, rien de bien original jusque-là, mais ce sont de courts chapitres qui nous plongent dans les pensées de chaque personnage, il est difficile parfois d'identifier tout de suite de qui il s'agit surtout au début. On se demande même où tout cela va nous mener. Nulle part. Et cela semble bien la clé du roman.  Au fur et à mesure on y voit plus clair, on dégage du sens à ces portraits multiples. 

 

On est finalement dans un monde qui ne tourne pas rond, bizarre, loin de nous et en même temps si proche. Beaucoup des histoires de ces vieilles, leurs préoccupations sont de réelles interrogations pour notre société : que deviennent les personnes agées, les rapports entre les parents devenus vieux et les enfants devenus adultes qui veulent mener leur vie sans contraintes. Se posent aussi la question de la séduction, de l'amour chez les personnes agées. De réelles questions derrière un monde étrange : un endroit particulier, Le Trou, une ville peuplée presque uniquement de vieilles, une astéroïde qui va s'écraser sur terre. 


Dans le roman, ces petites vieilles sont décapantes, elles veulent toutes garder une chose : leur indépendance et malgré toutes les absurdités qui les entourent, elles cherchent un sens à leur vie. Quel sens lui donner quand on a perdu un mari, un fils, quel sens donner quand on se sent diminué, quand on est dévalorisé par ses proches ? Alors certes, ces petites vieilles sont assez hors normes mais elles sont dans la vie et s'interrogent. J'ai aimé cela dans ce roman, un humour caustique, des questions profondes, un ton léger pour un sujet lourd.

Bref un livre qui aborde la vieillesse sans l'apitoiement, un livre divertissant. 

 

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 22:09

http://ecx.images-amazon.com/images/I/410x6EjfgOL._SL500_AA300_.jpg

 

J'adore cette littérature anglaise pleine d'humour noire, cynique... 

Meurtres au manoir c'est l'histoire de Clarissa qui se marie avec Thomas, mais elle tombe surtout amoureuse du manoir, Georgy "sa meilleure meilleure amie" la rejoind, il y a aussi Evan le cousin de Thomas qui essaie de sortir son épingle du jeu. C'est surtout l'histoire aussi des deux tantes qui vivent là, qui ont un oeil partout et qui complotent beaucoup. Des mystères, des fantômes, des pratiques de sorcellerie... Tout cela s'entremêle pour former un roman drôle et plein de suspens. 

 

C'est assez atypique comme roman, c'est drôle mais un humour acéré, noir même. On ne sait jamais qui tient les rênes dans cette intrigue. On pense que c'est tel personnage mais un élément vient tout bouleverser et toutes vos certitudes tombent. Les personnages qui apparaissent au fur et à mesure du roman sont tous plus machiavéliques les uns que les autres. Ce roman est assez dérangeant, vous voulez lire la suite parce que le lecteur se demande quel plan va réussir parmi tous ces personnages et puis il y a pleins de mystères, d'apparitions fanatstiques, des pratiques druidiques. 

 

Ce n'est pas un coup de coeur, ce n'est pas un livre qui m'a ému ou touché particulièrement mais il est drôle et c'est un bon livre de transition entre deux lectures qu'on pourrait qualifier de plus dures. C'est une auteure que je ne connaissais pas et je suis ravie de l'avoir découverte, je lirai volontiers Meurtres entre soeurs si l'occasion se présente. C'est décapant, ça change. Une lecture sympathique. Je ne taris pas d'éloge car c'est assez surprenant comme lecture, en revanche je ne sais pas si c'est une lecture qui tiendra dnas le temps. Mais à lire pour se détendre à l'occasion.  

Repost 0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 08:00

J'ai découvert cette auteure que beaucoup semblent connaître quand on en parle mais pourquoi donc ne pas m'avoir dit de lire ses livres avant ? 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41FcCUsSSEL._SL160_.jpg

 

Pour résumer l'histoire, on pourrait dire que ce roman est un peu un roman policier, puisqu'il s'ouvre sur un meurtre. C'est le tenancier du Balto où les gens se croisent, se rencontrent, haut lieu du quartier. Oui mais voilà, si l'histoire est une suite des témoignages des gens du quartier pour permettre de résoudre le meurtre, ce n'est pas que ça. C'est aussi un tableau très vivant de la société, de la vie en banlieue. 

 

En effet j'ai beaucoup apprécié que chaque personne intervienne tour à tour pour raconter sa petite vie certes mais chacune est atypique, les personnages s'adressent directement aux enquêteurs, ils répondent à un interrogatoire mais il n'y a qu'une voix. Jusque-là rien d'extraordinaire, on est habitué dans les romans aux changements de point de vue, mais ici l'auteure a retrancsrit l'oralité de chacun. On a donc en vrac : les ados de banlieue, les parents injurieux, un enfant handicapé et tout ceci s'imbrique pour arriver à la résolution du crime. 

 

Et là, chapeau ! Parce qu'on n'est pas dans un roman policier pur, la fin est pourtant aussi époustouflante ! Elle est originale, surprenant et terrible. Je ne peux la raconter évidemment, mais elle est un vrai choc. Mais ce n'est pas qu'un roman policier, il est riche d'autres choses. Toutes ces individualités constituent un tableau vivant de notre société : les couples qui vont mal, jalousie, alcoolisme, des jeunes qui se cherchent : amoureux, violents, incompris, les rapports des juenes et de leurs parents. Je ne dirai pas que ce tableau est violent, mais il peut être dur, non pas qu'il le soit trop mais il décrit finalement une dure réalité. 

 

C'est un petit roman par sa taille, mais en fallait-il plus ? C'est un concentré de vies, tout est dit, c'est dur, choquant, mais aussi plein de tendresse. Et la fin est tellement surprenante, tellement inattendue. Un roman choc pour moi ! 

 

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 08:00

eho wesley4c

 

L'histoire : Une femme d'un certain âge (on ne saura jamais lequel tout au long du roman) a fait le ménage dans toute sa maison, elle a réglé ses affaires, donné son jars seul être qui lui tienne encore compagnie. Mathilda veut en finir avec la vie, elle a perdu son mari et avait promis de mourir avant de devenir un poids. Mais son plan est compromis quand elle rencontre le fameux matricide dont toute la presse parle et recherché activement par la police. Leur union atypique va permettre de réveiller sa vie. 

 

C'est une lecture bien agréable ! Comme on peut le lire sur la quatrième de couverture, on découvre la vie de cette vieille femme indigne. Sa vie n'est pas très gaie, ses enfants semblent l'avoir abandonnée, elle est veuve, elle a perdu ses animaux de compagnie, bref tout ce qui s'apparente à déchéance... Rien de très amusant et cela ne donnerait pas envie de le lire. Mais en fait tous les codes sont basculés, au fur et à mesure de l'histoire, on découvre que : son mari est mort à Paris car il entretenait une relation incestueuse avec sa fille, son fils préféré pique les petits amis de son autre fille. 

 

Quand elle rencontre le matricide, elle le reconnaît, n'en a peur. Suite à une mission qu'elle se donne à Londres pour l'aider, elle va retrouver un des ses amis et surtout on va découvrir d'autres choses sur sa vie. Mais comme tout est loufoque, on ne sait plus ce qui est vrai ou faux, inventer par ses connaissances, les rumeurs et dires des autres ou même par Malthilda elle-même Le matricide va l'aider à revenir sur sa vie, essayer de retourver ses souvenirs et finalement la faire revivre. 

 

C'est donc une lecture pas prise de tête, à ne pas prendre au sérieux et lire pour se détendre. Ce roman est d'une autre mesure que Les Raisons du coeur, que j'avais énormément apprécier. J'ai passé un bon moment avec celui-là mais il n'est pas de même envergure, La resquilleuse est un roman plaisant. Je recommande à beaucoup de découvrir cetta auteure que pour ma part j'ai récemment découverte. 

 


Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 20:44

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv33706004.jpg

 

Une lecture qui donne envie de manger ! 


L'histoire d'un jeune Sri Lankais qui vit en Suisse, il aide aux cuisines dans un restaurant mais c'est un surdoué de la cuisine moléculaire. Malheureusement, il va se faire renvoyer mais il découvre qu'il détient un secret, il sait cuisiner des repas aphrodisiaques. Magique ! Il monte avec une ancienne collègue, une petite entreprise de repas à domicile pour les couples en difficulté. 


Pour les lecteurs, le livre ne va pas réveiller votre flamme, mais il va ouvrir grandement votre appétit. Un vrai régal, on a envie de découvrir cette cuisine du Sri Lanka ! Les odeurs, les saveurs, tout est si bien décrit... On a le ventre qui grogne... Un vrai plaisir de lecture. Le bonus, les recettes sont à la fin (bon il faut être un peu calé en cuisine, car j'ai découvert des ingrédients que je ne connaissais pas), c'est plus de la chimie qu'autre chose à dire vrai. 


L'autre plaisir du texte vient de l'histoire qui parle cuisine mais qui évoque les souvenirs du narrateur dans son pays d'origine. Cela fait voyager certes, derrière les senteurs et saveurs du Sri Lanka se dévoilent les conflits dans le pays. Il y donc un cîté historique très intéressant et c'est de l'histoire récent, de l'actualité en somme. Le point de vue est intéressant puisqu'on voit ce qui se passe au Sri Lanka mais aussi comment fonctionne les réseaux à l'étranger. Le jeune homme doit de l'argent à des hommes qui promettent de protéger son frère alors qu'eux-mêmes sont en Suisse. Une sorte de mafia...


Evidemment qui dit cuisine aphrodisiaque, dit histoire d'amour ou plutôt histoires d'amour. Un thème assez traditionnel mais il y a des histoires un peu drôles, pathétiques... On passe un bon moment finalement à se dire quand va-t-il faire le premier pas ? 


Bref, c'est un livre léger et savoureux. 

Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 07:16

J'avais lu La splendeur des Charteris de l'auteur et j'avais passé un bon moment de lecture. Alors quand, les éditions Albin Michel m'ont envoyé ce deuxième roman, je m'y suis attelé avec plaisir. 

9782226238511m


L'histoire : Une jeune femme américaine qui a hérité d'une fortune considérable débarque en Angleterre pour entrer dans le monde et se trouver un mari. Elle rencontre un couple prêt à l'aider et l'introduire dans la société anglaise. Tout cela semble bien traditionnel jusque-là mais ce couple semble assez cruel avec elle. Cette jeune femme innocente réussira-t-elle à se défaire des griffes des Radcliffe quand ils l'auront emmené dans le manoir familial ? 


J'ai aimé le premier roman, donc logiquement j'ai adoré le deuxième car on y retrouve les mêmes ingrédients. L'histoire n'est absolument pas aussi lisse que j'ai pu la décrire. Et âmes sensibles s'abstenir ! C'est complètement déjanté. L'auteur ne nous décrit pas la société anglaise du XXe siècle qui nous est décrite dans les romans et ce n'est absolument pas l'aristocratie qu'on imagine très conventionnelle et coincée. Ici à bas les convenances, les on-dit et même les apparences ! 


En effet, la famille Radcliffe est aussi déjantée que l'a pu être Les Charteris. C'est amusant car tous les personnages de la famille sans exception se moquent des conventions sociales et cherchent à se faire plaisir, cela semble le seul objectif. C'est amusant de les voir manoeuvrer la jeune Maisie, inoocente, naïve, qui ne comprend pas tout ce qui lui arrive et subit la volonté des Radcliffe. Tout cela dans une ambiance sexe, fête et décadence ! C'est drôle et on quand on lit, on se dit qu'il ne faut pas avoir froid aux yeux. Comme dans le premier roman, il ne faut absolument pas prendre cela au premier degré car sinon, on risque de fermer le livre avant la fin. 


En effet, si ce sont les mêmes ingrédients que le premier roman, qu'apporte celui-ci ? C'est la question que je me suis posée en cours de lecture, quand l'histoire est bien posée, on commence à se demander où l'auteur veut en venir, on se dit que si c'est ainsi tout le long du roman, on risque d'arrêter ou d'être déçu. On tient encore quelques pages et là surprise, tout bascule ! Peu à peu se dessine un nouveau personnage dans le roman qui fait que la situation se renverse. Alors de nouveau c'est toujours dans l'excès et franchement c'est tellement terrible et tellement froid que le lecteur n'est toujours pas angoissé mais cela fait même sourire. Et les sentiments qu'on avait pour certains personnages s'inversent. On se dit incroyable ! 


En somme, le roman est vraiment bien construit, je l'ai dévoré en une journée. C'est très drôle, décalé, un roman à ne pas prendre au sérieux, pour se détendre et rire devant tant de folies et de fôlatreries. 


Je tiens à remercier Stéphanie des Horts de m'avoir contacté et les éditions Albin Michel pour m'avoir envoyé ce roman. 

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 20:59

couv60829186

 

Je vais peut-être créer une catégorie : je ne sais pas en quoi en penser ! Parce que c'est vraiment ce que je ressens après la lecture de ce livre.


J'ai découvert David Foenkinos avec La Délicatesse. Et il faut le dire je suis tombée sous le charme de ce petit roman. Touchant, plein de tendresse. J'avais adoré, je le conseille à tout le monde, je l'offre... Bref, je suis une fan inconditionnelle. 


Donc la lecture des Souvenirs était plus qu'évidente, aucune hésitation, je me précipite sur ce dernier. Je le commence et là ouf, je retrouve ce que j'ai aimé chez cet auteur : son style. Une écriture fluide, simple, délicate, toute en finesse, qui procure des émotions incroyables. Ma lecture commence assez bien, il faut dire que les souvenirs, c'est un sujet sensible, plusieurs fois les larmes sont montées. Et comme dans La Délicatesse, j'adore ce principe d'interrompre la narration pour intercaler une autre histoire, un détail. 


Une histoire qui au début me touche beaucoup, le narrateur raconte ses souvenirs, la vieillesse, ses grands-parents, tout y est mêlé, l'histoire de ses parents. Mais c'est surtout lors de la rencontre du narrateur avec la femme aimée que je perds pied, j'ai lu les cent dernières pages d'une traite, le rythme est beaucoup plus rapide mais dans cette deuxième partie je me suis demandé où l'auteur voulait en venir.


J'ai adoré la première partie toujours très tendre et une écriture magnifique propre à susciter des émotions très fortes chez le lecteur à travers ce narrateur qui cherche à écrire et qui raconte les rencontres de ses grands-parents, celle de ses parents puis la sienne.Le rythme est très lent, mais on savoure ces moments décrits. Je savoure vraiment cette lecture qui parfois me touche trop et me fait refermer le livre. L'auteur nous interroge sur notre relation avec nos grands-parents, les personnes âgées, le rapport à la mort même, l'oubli des souvenirs mais aussi l'oubli des autres de ce qu'ils ont été. 

Une première partie tellement magnifique que la déroute lors de la deuxième est presque oubliée. Le style de cet auteur est non seulement reconnaissable mais on retrouve à chaque fois les ingrédients qu'on a aimés : une lecture tendre qui nous donne le sourire et nous émeut parfois. Rare plaisir de lecteur de pouvoir vivre des émotions nuancées et si belles. 

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 07:50

Une lecture divertissante et romantique  ! 


couv13144703.jpg

 

Cinq jeunes filles américaines partent à l'assaut de la société anglaise au début du XXe siècle. Ce sont de jeunes américaines, libérées aux yeux des anglaises, elles cherchent à s'épanouir, à se faire une place dans cette société anglaise qui peut s'avérer implacable. On suit particulièrement le destin de deux soeurs dont les parcours amoureux vont être plus ou moins chaotiques. 


C'est un roman pour filles, c'est clair !  La société du début du XXe siècle décrite rappelle la société  du XIXe siècle chez Jane Austen où les personnages doivent obéir aux codes et aux conventions de la société,  et même si j'adore cette dernière, Les Boucanières ont un côté plus moderne et le rythme est plus enlevé. Le roman fait l'effet d'une bouffée d'air frais au lecteur comme aux anglais quand ils voient débarquer ces jeunes américaines qui agissent selon leur instinct. 


C'est une lecture très agréable, un bon pavé qu'on ne sent pas passer. Une lecture romantique sans être gnan gnan car ces boucanières méconnaissent les conventions et font tout voler en éclat, un régal pour celles qui aiment les histoires de filles. 


Une lecture pour les filles, agréable, à ne pas manquer. 


Quatrième de couv' : Elles incarnaient "la jeune fille américaine", ce que le monde avait réussi de plus parfait " : pour Mrs St. George, ces cinq jeunes filles fraîchement débarquées à Londres sont un ravissement... Mais pour le petit monde étroit de l'aristocratie anglaise, leur pedigree laisse à désirer, et leurs ambitions paraissent bien vulgaires - et puis quelle idée de fumer et de s'exhiber ainsi sans vergogne ? Les " boucanières " n'en ont cure : à elles la belle vie, les bons plaisirs et les beaux partis !

 

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 22:11

Drôle ! Un humour qui décape ! 

9782266179270.jpg

La famille Tuvache (déjà avec le nom, on comprend dans quoi on s'embarque) possède une boutique qui vend des articles pour se suicider. Hum ! Thème charmant... Une famille déprimée, qui se réjouit de faire des affaires dans ce domaine, des sans-coeur, non ils ont tout de même une éthique... Les enfants peuvent prendre des bonbons empoisonnés, mais ils ne le sont pas tous et tous les articles sont de qualité...

Une seule fausse note, ils ont un enfant qui est toujours de bonne humeur, et qui communique sa joie avec tout le monde et le plus problématique avec son frère et sa soeur. Il voit la vie en rose, il met en péril tout l'équilibre de la famille. 

Un roman plein d'humour, noir (évidemment), sarcastique... 

Un thème qui n'est pas abordé de manière tragique et en même temps une leçon de vie, le bonheur et la joie triomphent toujours ! Jean Teulé est un écrivain qui n'y va pas par quatre chemins pour aborder un tel sujet, toujours dérangeant. J'avais lu Mangez-le si vous voulez et il m'avait fortement perturbé, à cause de scènes terribles dépeintes avec beaucoup de réalisme. 

Bref un écrivain de talent, je trouve, original, que ce soit drôle, terrible, émouvant ces romans ne laissent pas indifférents.

Quatrième de couv' : Vous avez raté votre vie ? 
Avec nous, vous réussirez votre mort ! 
Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre...

«Une fable déconcertante, grinçante et irrespectueuse, digne des Monty Python au mieux de leur forme, pour tous ceux qui voudraient mourir... de rire !»
Valérie Gans McGarry - Madame Figaro

«Les amateurs d'humour noir vont se régaler (...). Une farce aussi absurde que drôle (...).»
Agathe Fourgnaud - Le Point 


Repost 0