Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Temps De Se Présenter

  • : Le temps de lire
  • Le temps de lire
  • : Les livres que j'ai lus et aimés. "J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot" Honoré de Balzac
  • Contact

Le temps d'aimer

Recherche

Le temps de lire aujourd'hui

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KMc9Gb%2B1L._SL160_.jpg

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41radEzu8pL._SL160_.jpg

Archives

22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 21:14

Une fois n'est pas coutume, je vais chroniquer un livre pour la jeunesse. Partenariat oblige !

Je lis un peu des albums de jeunesse, je trouve ça très beau et souvent très bien fait.

I minuscule, je l'ai choisi car son titre poétique me plaisait. Alors a-t-il tenu ses promesses ? 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41thDW11Y9L._SL160_.jpg

 

 

L'histoire c'est celle d'un i minuscule qui vit avec I majuscule, son papa, il côtoie au jour le jour ses amies les voyelles. Le Y fait un peu peur et est délaissé mais l'histoire ne va pas s'arrêter là, Y va aider les autres voyelles à retrouver le point que i a perdu... L'aventure commence, celle d'une quête...

 

Une histoire très mignonne. J'ai apprécié tout le jeu des expressions sur les lettres, leurs particularités, les interventions de la ponctuation. Je trouve ça très bien trouvé, utiliser les expressions sur le i : les points sur les i. A la fin il manque peut-être une anecdote sur le iota... Bon ça c'est vraiment pas un reproche. Ces jeux de mots sont sympahiques mais parfois à la lecture, je me dis que c'est peut-être un peu trop dans certaines phrases, ne perd-on pas le sens général au profit du plaisir des mots. Un travail sur les sonorités, ce i qui est partout dans chaque phrase, presque chaque mot, il est partout. Un album qui donne ses lettres de noblesse à une lettre si petite et si importante finalement, il nous donne toute l'étendue des sonorités. 

J'ai bien aimé que ce soit raconté à la manière d'une comptine, un vrai moment de poésie.

Au-delà du thème des lettres, évidemment se trouve le thème de l'autre : mettre de côté un copain à la récré, évidemment on va plus loin l'album met en évidence la peur de l'autre, sa différence. Une jolie déclinaison sur les lettres, les mots et de même à la fin on passe de l'ancien à la modernité. 

 

Les dessins sont aussi très sympas, très poétiques un mélange de dessin, de découpage de magazine (de la même manière que les enfants), et des éléments plus graphiques. Une alliance assez surprenante et surtout très moderne, histoire de dépoussiérer un peu les lettres.

 

Un livre à lire pour les amoureux des lettres, des mots, des histoires !

 

Merci à Babelio pour ce Masse critique.

Repost 0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 00:38

Une lecture que j'ai faite en une journée ! Une fois commencée, on ne peut plus s'arrêter. 


http://ecx.images-amazon.com/images/I/41MuDHH4oRL._SL160_.jpg

 

L'histoire : Iolanda, autrement dit Dalida a pris la décision de mettre fin à ses jours mais avant cela elle compose un numéro de téléphone, au hasard elle tombe sur Sophie qui se reconstruit après son divorce. Elles vont parler, se confier pendant deux heures. Comme l'auteur l'annonce dès le début du roman, il fait de Dalida une héroïne, elle est en ce sens universelle. 

 

Finalement peu importe ce qui a été la vérité, et peut-être qu'en effet le hasard fait qu'il peut y avoir une part de vérité. Mais il s'agit surtout d'une conversation entre deux femmes blessées par la vie, déçues par l'amour. Et leur discours devient universel. C'est cela que j'ai vraiment aimé dans ce roman, je ne suis pas une fan de Dalida, pour tout dire, je ne suis pas de cette génération et je le répète si j'avais su cela avnt de le lire, je n'aurai sûrement pas ouvert ce roman. C'était un peu un coup de poker ! 

 

C'est très réussi et je suis ravie d'avoir découvert cet auteur. Son écriture est vraiment très belle, je comparerai son écriture à de la dentelle, c'est très fin, ciselé. Je ne tari pas d'éloges quant à l'écriture, peut-être est-ce trop, peut-être que cela ne touchera pas autant d'autres lecteurs. J'ai vraiment l'impression d'avoir été touchée par ce roman, j'ai été sensible, les mots semblent avoir tous été choisis à bon escient. Rien n'est de trop et chaque mot semble avoir sa place, sa force. 

 

Le thème est touchant aussi, finalement c'est le bilan de deux vies que les deux femmes qui conversent voient ratées. Mais en réalité ces vies ont été pleines et entières, riches, d'amours certes, de déceptionsaussi, mais c'est la vie. La fin est d'autant plus superbe. On sait ce qui va se passer, dès le début.  Eh oui,  Sophie ne réussira pas à détourner Dalida de son projet mais qu'importe finalement, c'est le parcours de Sophie que cet appel va changer. Et l'auteur insiste dans sa fin sur son destin à elle, pas celui de la star. Je m'attendais à une fin convenue, et j'ai été là aussi surprise. Une fin émouvante. 

 

Quel beau roman ! Je sais que je lirai Poussière d'homme qui me semble aussi très beau et de la même trempe. Un beau livre, à bas les préjugés, j'ai adoré Dalida ! 

Repost 0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 08:00

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv45052962.jpg

 

C'est un livre que j'ai lu en deux temps, j'ai bien cru que j'allais l'abandonner car je lui trouvais des longueurs. Mais je l'ai repris et pour finir je l'ai dévoré et donc adoré. 

C'est l'histoire d'un garçon Claude Rawlings qui ne va pas à l'école, qui reste enfermé chez lui mais qui découvre un piano dans son appartement. Il est subjugué par les sons qui sortent de l'instrument. La chance va alors lui sourire, il rencontre son professeur qui va le former, puis un maestro qui va lui léguer son piano et ses différents formateurs vont lui transmettre leur savoir. On suit le parcours de ce jeune homme que ce soit sa vie professionnelle ou personnelle.  

 

Pourquoi ai-je parlé de longueurs ? C'est le déroulé d'une vie qu'on a sous les yeux, ce n'est pas haletant. L'auteur nous fait partager les moments importants de la vie de Claude, nous fait sauter dans le temps parfois. On avance ainsi de tranche de vie en tranches de vie. Le temps de l'histoire est long c'est sûrement pour cela que je l'ai trouvé un peu long. Mais attention, ce n'ets plus le cas dans la seconde partie du roman car les moments clés de sa vie se trouvent là : amours, mort, secrets... 

 

J'ai adoré l'écriture et les passages qui parlent de musique. On pourrait penser que ce sont ces descriptions qui sont longues. Au contraire, ce sont les passages les plus beaux, les plus intenses. L'auteur écrit la musique, le personnage ressent cette musique comme n'importe quel langage, je trouve cela fascinant. Tous ces compositeurs qui jalonnent le roman, cela donne vraiment envie de découvrir cet univers. En plus, la musique ne se cantonne pas au classique mais aussi au jazz. Un univers musical très riche dans ce roman. 

 

Le roman se veut historique sur l'histoire de New-York, pour ma part ce n'est pas ce qui m'a le plus marqué. En effet, il y a des références précises à des quartiers, des transformations majeures et cela devient même un enjeu à un certain moment dans le roman. Mais ce n'est pas ce qui m'a intéressé le plus. Il vaut mieux lire ce roman pour la musique, pour les rencontres que fait le personnage. En effet chaque personnage est atypique ou plutôt typiquement New-Yorkais, je ne sais pas très bien. Ce qui est plutôt amusant, c'est qu'il rencontre rarement des personnes malveillantes dans sa vie, tout semble lui sourire. Ce qui nous laisse supposer l'étendue de son génie. 

 

De ce roman, je retiens : les merveilleux passages qui parlent de musique, qui nous font vivre celle-ci, quelques moments intenses d'émotion, une belle histoire. Je ne regrette pas d'avoir persister dasn la lecture, je serai passé à côté de quelque chose. 

 

 

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 12:53

9782253124382-G

Jacqueline de Romilly est connue pour ses écrits sur le grec ancien mais aussi parce qu'elle était une académicienne. Dans ce livre sont rassemblées ses contributions pour Santé magazine où elle évoque la santé de la langue française. 


Chaque chapitre se consacre à un point de grammaire, à une expression, à des mots de vocabulaire... Les thèmes sont assez riches et divers, ce peut être sur l'appauvrissement ou l'enrichissement de la langue. Elle se désole sur certains emplois de la langue malmenée surtout à l'oral mais elle s'émerveille aussi de son évolution à partir du grec, du latin... 


C'est une petite merveille. Ce n'est pas un sempiternel livre où l'auteur se désole de l'évolution de la langue française aujourd'hui. Et ce n'est absolument pas moralisateur. Jacqueline de Romilly note les fautes, les évolutions et ne se pose pas seule en gardienne de la langue mais c'est le lecteur et tout un chacun qui doivent la défendre et l'utiliser correctement. Elle note avec émerveillement la richesse de la langue française, son évolution perpétuelle mais aussi des menaces qui planent sur elle.

 

Ce livre ne se lit pas comme une histoire d'un fil continu mais on peut lire quelques chapitres deci delà sans tenir compte de l'ordre. On apprend beaucoup de choses, des faits de langue ou des erreurs communes qui nous sont expliqués. Mais on n'apprend pas seulement pleins de choses, c'est aussi un vrai plaisir de lecture de lire quelqu'un qui manie et choisit les mots avec justesse. C'est très plaisant et même assez drôle parfois sur l'emploi de certaines expressions ou fautes. C'est limpide, clair, rien n'est de trop. 

 

Pour tous les amoureux du français, je vous conseille ce petit livre qui vous ravira par son savoir et pour le plaisir des mots.

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 08:58

Un véritable coup de coeur ! 

couv768871


Le roman est une alternance de lettres d'un ecclésiastique à sa femme qui pour des raisons politiques enquête sur un massacre commis dans un village et le récit de Corrag, une jeune femme condamnée à mort qui a assisté au massacre et qu'on nomme depuis son enfance, sorcière. 


On assiste à la confrontation de deux mondes qui ne se comprennent pas. Corrag incarne l'innocence face aux hommes, face à une société qui a besoin d'identifier le mal et le combattre. Elle est incarnée par cet ecclésiastique, assez antipathique, qui ne fait preuve d'aucune compassion envers la prisonnière.


Dans ce roman, j'ai tout apprécié car le récit est très varié. On peut le lire comme un roman d'aventures : Corrag voyage dans l'Angleterre jusqu'en Ecosse du XVIIe siècle, le parcours est semé de rencontres opportunes ou dangereuses. Le tout est ponctué de moments très émouvants, notamment avec sa jument.

 

Mais de manière générale, Corrag sait voir la beauté du monde, donc toutes les descriptions de la nature ou les moments empreints de sentiments sont l'occasion de faire une pause dans le récit pour prendre le temps de voir ce que la nature offre comme spectacle. C'est un spectacle qu'elle sait apprécier, elle est à l'écoute de la nature et finalement elle va changer le regard de l'ecclésiastique sur elle, peu à peu attendir par son sort.


Par la voix de la jeune fille, le récit développe des réflexions sur la vie, la mort, l'amour aussi. Le tout baigné par la poésie de l'écriture de Susan Fletcher. Le récit est ponctué d'instants magiques que l'auteur nous laisse le temps de savourer, elle nous laisse voir ce que voit Corrag. Mais c'est aussi un roman avec un peu de suspense : qu'est-il arrivé dans la ville du massacre ? Pourquoi a-t-il eu lieu ? Où sont les personnages dont Corrag nous conte l'histoire ?  


C'est vraiment un très beau récit, un hymne à l'amour, à la nature et à la vie.
Je n'ai qu'un mot pout le qualifier : MAGNIFIQUE ! 

 

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 16:17

couv34614636

C'est un livre poétique et magnifique ! J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui n'a pas beaucoup duré. 

C'est l'histoire d'une jeune fille vivant au XIIe siècle qui ne veut épouser celui à qui on l'a promis et décide de s'emmurer pour se consacrer uniquement à la religion. 


On peut se demander comment l'auteure au premier abord va réussir à tenir toutes ces pages avec ce personnage, car une jeune fille qui est emmurée et qui choisit de se donner au Dieu, on n'attend pas à ce qu'il y ait de l'action. Et pourtant... Il va s'en passer des choses, car tout ne va pas vraiment se passer comme cela aurait du. Et cette jeune fille qui a une volonté déjà incroyable pour prendre une telle décision va présider, enfermée dans sa cellule, aux destins de son entourage. Le choix du personnage n'est pas sans conséquence, elle sera tantôt puissante par son aura suite à son choix, mais aussi malgré elle, des événements vont se produire auxquels elle va assister impuissante. 


En effet, cette jeune fille va gagner en puissance et tout cela semble magique, car elle agit au-delà des murs. Tout cela tient un peu du miracle, même si par sa force, il peut arriver des choses terribles. Mais cette magie est contenue aussi dans l'écriture de l'auteure qui met beaucoup de poésie dans ce récit. Dès le début, le ton est donné, on est littéralement transporté du présent au passé. Le nom du domaine : les murmures et la légende qui s'y rapporte apporte beaucoup de poésie à ce lieu, à ces personnages mais aussi un destin terrible les unit.  


Ce roman est vraiment plein de magie, de poésie, mais aussi d'histoire, je trouve que l'atmosphère de cette période du Moyen-Age est vraiment bien rendue avec cet épisode des croisades. De même que semble bien décrite l'atmosphère et la vie dans les châteaux de cette époque. Une époque bien terrible dépeinte ici tout comme le destin du personnage principal.

 

Amateurs de poésie, de légendes et d'Hitoire, vous y trouverez votre compte. Maintenant, il ne reste plus qu'à lire Le coeur cousu. 

Repost 0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 20:51

arton18876-e4ba4

 

C'est un roman que j'ai adoré et dévoré (en une soirée !). Le livre raconte une jeune femme qui arrive en Bretagne pour passer une semaine de vacances. Elle passe la semaine seule, celui qu'elle aime doit la rejoindre à la fin de la semaine. Le lecteur accompagne donc les pensées de cette jeune femme, ses observations, ses souvenirs. Il ne se passe rien quant à l'action mais le personnage évolue grandement en une semaine. 


La narration est très simple, chaque jour est dédié à ce que fait cette femme, comment elle tue le temps qui passe en pensant à son amant, qui lui est marié. Cette femme observe le monde autour d'elle, les autres autour d'elle, unis ou désunis. Elle observe, se sent observée. Le malaise grandit en elle, elle s'inquiète, elle doute, elle peut aussi se sentir forte. La tension monte au fur et à mesure. 


J'ai trouvé ce roman très beau. La psychologie du personnage est finement étudiée. L'auteure fait une analyse très subtile de la solitude, du regard des autres. Ce livre est vraiment différent, il ne se passe pas grand chose et tout se passe naturellement, on craint pour cette femme que son rêve ne se réalise pas.


Ce roman m'a fait penser à une citation d'André Breton : "Indépendamment de ce qui arrive ou n'arrive pas c'est l'attente qui est magnifique". Et en effet ce n'est pas important ce qui va arriver mais c'est bien le cheminement de la narratrice, ses rencontres qui sont les plus intéressantes. J'ai beaucoup apprécié cette lecture car finalement elle est assez atypique. Ce qui est de plus amusant, c'est un livre qui parle de l'attente mais qui se lit très rapidement. 

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 21:26

 

Un gros coup de coeur !

  

couv63032240

 

C'est l'histoire de Sonia Gandhi, l'épouse de Rajiv Gandhi qui est le fils d'Indira Gandhi et petit-fils de Nehru. Le roman raconte comment cette italienne en tombant amoureuse de Rajiv épouse l'Inde et entre en politique, un monde qu'elle déteste pourtant. Mais on ne se concentre pas seulement sur ce personnage, c'est sur la dynastie Gandhi et son influence sur la politique indienne. Notamment le gros du roma relate la vie d'Indira Gandhi. 

 

Je risque d'être dithyrambique sur ce roman, je l'ai ai adoré ! Il est long. Quasiment 800 pages. Et avant de le commencer, j'avais un peu peur de ne pas tenir sur la longueur. Mais en fait le roman est passionnant ! 


J'ai découvert toute l'histoire de ce pays et de cette famille en particulier. L'auteur a le talent de nous apprendre beaucoup de choses sur la politique indienne, mais le lecteur vit cela comme une saga haletante. Il a le don de nous faire vivre les crises du pays les plus tragiques, les joies, les satisfactions personnelles.On s'attache vraiment aux personnages, il sait nous les rendre vivants. La personnalité d'Indira Gandhi est fascinante : une femme forte à la tête d'un pays immense. 


Ce roman est vraiment intelligent, je ne connaissais pas grand chose de l'histoire indienne et cette découverte est juste un aperçu qui donne envie d'en découvrir davantage. C'est un roman très réussi. Ainsi Indira Gandhi n'est pas de la famille de Gandhi même si son père était lié au Mahatma, son nom provient de son mari qui avait le même nom. De même j'ai découvert qu'Indira est une des premières femmes à diriger un pays démocratique. On a envie d'en savoir plus sur cette famille au pouvoir depuis des générations car l'histoire ne s'arrête pas avec les fils d'Indira, Sonia prend le relais après l'assassinat de son mari, ainsi que ses enfants. 

 

Un très beau livre avec en toile de fond la société indienne. Je suis vraiment enchantée par ce livre, car je ne connaissais rien de l'Inde. Certes c'est un roman et les éléments de la vie personnelle de la famille sont romancés, mais en tout cas il donne un bon aperçu de l'histoire indienne, de la société, des enjeux politiques du pays. Mais rien de fastidieux. 

 

Une découverte ! Un livre fascinant, passionnant... Que dire d'autre ? J'ai adoré tout simplement. Je le conseille à tous ceux qui ont envie de découvrir l'Inde, ne pas avoir peur du nombre de pages. Une vraie saga familiale. 


Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 10:48

 

9782702141786

 

 

Jack Rosenblum est un juif allemand qui quitte son pays en 1939 pour s'installer en Angleterre. Difficile de devenir anglais quand on a un accent à couper au couteau, il respecte à la lettre les commandements de la plaquette qu'il a eu lors de son arrivée pour être un bon anglais. Il ne lui manque qu'une chose : être membre d'un club de golf. Mais cela est quasiment impossible, qu'à cela ne tienne il va créer son propre golf. 


C'est là que toute l'histoire commence. C'est un livre très drôle grâce à ce têtu personnage qui ne se laisse jamais abbattre malgré les obstacles pour accomplir son rêve. Il trouve toujours une énergie incroyable et il est vraiment d'un naturel optimiste. Un rêve et une énergie qui confinent à la folie parfois. 


C'est un roman vraiment attendrissant. Il met toute sa vie famiiale entre parenthèses, sa relation avec sa femme en pâtit énormément. Mais c'est aussi grâce à ce rêve qu'il va la retrouver et créer des liens très forts avec les habitants du village où il veut installer son golf. Ce village anglais est aussi un personnage important de ce roman, car il comporte des eprsonnalités très fortes qui se trouvent liées à ce projet de golf. 


C'est un roman très émouvant car il ne faut pas oublier un passé terrible qui ressurgit,  des amitiés fortes se lient, les relations évoluent. 


J'ai tout aimé dans ce roman, je n'ai pas vu de points négatifs.


Une lecture drôle et tendre

 

Quatrième de couverture : Depuis qu’il a débarqué au port d’Harwich en 1937, Jack Rosenblum, un mètre cinquante-cinq de ténacité pure, entend devenir un véritable gentleman britannique. Durant quinze ans, ne ménageant ni sa peine ni son temps, il a rédigé un guide exhaustif des us et coutumes de son pays d’adoption. Il sait que la marmelade s’achète chez Fortnum & Mason ; il connaît par cœur les noms de tous les rois d’Angleterre, considère le bulletin météo de la BBC comme le moment phare de sa journée et ne parle plus allemand, sauf pour proférer des jurons.

Malgré toute sa bonne volonté, son désir de se fondre parmi les sujets de Sa Royale Majesté se heurte à des obstacles. Notamment à la force d’inertie de son épouse Sadie, qui refuse obstinément de renier leurs origines, de tirer un trait sur leurs traditions, la recette de la Baumtorte, leurs amis d’autrefois, et ce monde juif allemand, anéanti, qui était le leur. 
Jack reste pourtant persuadé d’avoir trouvé sa patrie. Pour que se réalise son rêve d’assimilation, il lui reste une seule épreuve à surmonter : devenir membre d’un club de golf à Londres. On ne veut pas de lui ? Qu’à cela ne tienne, il quittera la capitale pour s’installer à la campagne, entre les cochons et les jacinthes, et entreprendra de construire son propre green sur la colline de Bulbarrow…

Repost 0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 12:03

Un livre beau et émouvant ! 

 

9782290009833 cb

 

La narratrice Moïra raconte l'histoire de sa vie, elle la raconte à sa soeur à qui elle rend visite très souvent et qui est dans le coma. L'intérêt de l'histoire n'est absolument pas le pourquoi, le comment de cet accident, peu importe finalement. C'est un très beau roman où l'on dit les sentiments, où l'on essaie d'analyser le passé. On est transporté dans un ailleurs, un temps plus long. 

 

L'écriture est très belle, il y a de magnifiques passages qui mettent en relation la mer et la vie. 

 

Le seul bémol : on se demande parfois où l'auteur veut en venir, on attend que ça bouge et rien ne vient. Pourtant on ne s'ennuie pas, le rythme est lent mais il s'agit d'une belle lenteur, on prend le temps de tout, de décrire, de dire les choses car le temps passe sans qu'on puisse avoir l'occasion, la volonté de les dire. 

 

C'est aussi la première fois où je suis bouleversée par certains passages, à tel point que je les ai notés. 

"Je me suis demandé une chose : Si elle meurt, qu'est-ce qui ne changera-pas ? Tout changera. Chacune des parties de la vie. Tout change. Je n'avais jamais imaginé que ce serait de cette façon-là, mais dans la voiture, croyant que tu allais mourir, j'étais sure que ta mort allait faire bouger le monde entier, si bien que les marées seraient modifiées, les vents changeraient de direction, les oiseaux oublieraient le site de leur perchoir ou de leur nid ? Et je me demandais, où ton absence sera-t-elle le plus intense ?"


La tristesse, la mélancolie, la nostalgie sont les sentiments qui dominent dans ce roman, mais jamais on ne tombe dans l'excès. Aucun drame, juste l'histoire d'une vie racontée par une jeune femme sensible à la puissance de la nature et de la mer. 

 

Avis aux âmes de poètes, de beaux sentiments. 

Repost 0