Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 18:14

Un livre effroyable par son machiavélisme !

Terriblement génial ! 

9782702141045-V

J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui a un peu traîné par manque de temps mais j'ai véritablement été happée par ce roman au fur et à mesure de la lecture. 

Alors c'est l'histoire de... : Mila, la femme flic qui recherche les enfants disparus, des fillettes enlevées, de l'équipe de police qui enquête sur les meurtres ou est-ce l'histoire du tueur ? Question de point de vue !
Enfin bref, cinq fillettes enlevées, on retrouve six bras gauches... Pour les personnages : il faut retrouver en vie la sixième et les espoirs s'amenuisent au fur et à mesure de la découverte des cinq corps.

Je ne conseille pas de le lire avant de s'endormir, non pas qu'il soit effrayant mais à chaque fin de chapitre, on se heurte soit à un nouveau mystère soit à une révélation, et on continue sa lecture. Il est donc très bien ficelé, j'ai même eu du mal à comprendre certaines révélations à la fin tellement elles s'enchaînent. Et j'avoue avoir relu quelques phrases une ou fois en me disant : "est-ce que j'ai bien compris ?" ou "non ça ne peut pas être ça !". La véracité de certains faits rend ce roman très troublant. 

Vous voulez un bon thriller, foncez ! 

Quatrième de couv' : Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés.
Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, spécialiste des affaires d’enlèvement.
Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs. Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 18:18

Un petit délice ! 

9782253128762-G

Alors c'est tout un programme ce roman : c'est un roman historique, gastronomique et un policier. 

C'est l'histoire de Benjamin Savoisy, jardinier au potager du Roy, qui découvre un matin les rangs de melons ravagés ! C'est le drame ! Il faut chercher de nouveaux melons : le roi aime avoir ces fruits à sa table et surtout il veut montrer son jardin, sa fierté à des ambassadeurs. Mais c'est étrange, toutes les cultures de melons que l'on peut trouver à l'entour sont saccagées. Le personnage est alors confronté à une série de meurtres liés à ce fruit... Mystérieux...

Même si cela participe de l'attrait du roman et que le lecteur suit volontiers les aventures du personnage de Versailles, en Hollande, jusqu'en Angleterre, ce n'est pas le côté policier qui est le plus significatif. 

Ce qui m'a vraiment charmé c'est le côté historique et gastronomique ! C'est un plaisir de se promener au fil du livre dans le potager de Versailles, les descriptions des arbres, des fruits sont savoureuses. Une fois le livre refermé, on a envie de croquer un fruit cueilli d'un arbre du château. 

Alors vraiment on apprend beaucoup de choses sur la cuisine française, ce qu'on mangeait à cette époque à la cour, comment étaient organisés les repas, les recettes. Mais ce n'est pas tout on va voir du côté de la Hollande et de l'Angleterre. Et là j'ai découvert un personnage qui m'a intrigué : Samuel Peppys. Je compte me plonger dans son journal pour en apprendre un peu plus sur lui, il apparaît furtivement mais il m'a marqué et semble être un personnage haut en couleurs. 

 Le petit bonus du livre: les recettes de cuisine à la fin du volume et des petites biographies pour en savoir plus sur les personnages historiques, mais attention sans que tout cela ne soit indigeste (sans jeu de mot).

On apprend et on se détend. Magique ! 

Quatrième de couv' : Château de Versailles, mai 1683. La mode est aux jardins. Louis XIV raffole des légumes primeurs : asperges, petits pois, melons... Au Potager du Roy, puis chez un maraîcher du quartier de Pincourt à Paris, des champs de melons sont vandalisés, des jardiniers assassinés. L’existence d’un complot ne fait aucun doute. Benjamin Savoisy – premier garçon jardinier du Potager – mène l’enquête dans les coulisses de Versailles, où offi cient cuisiniers et maîtres d’hôtel. Elle l’entraînera jusqu’en Hollande, grande puissance coloniale réputée pour son commerce. Saura-t-il déjouer les manoeuvres de séduction, percer à jour les traîtrises ? Dans ce quatrième tome des aventures de la famille Savoisy, Michèle Barrière mêle une fois encore avec bonheur histoire, gastronomie et intrigue policière.

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 10:59

Je ne connais pas grand-chose aux romans policiers contemporains, lorsque j'ai demandé conseil pour m'initier, on m'a prêté celui-ci : 

01057461542

 

Conclusion : C'est une jolie découverte ! 
Enfin "joli" n'est pas le terme que j'emploierai pour définir l'ambiance de ce roman. Un policier bien noir.  Il fait partie d'une série d'aventures de "Mc Cash, le flic borgne sans prénom". Un policier un peu rustre parfois mais tellement attachant.

On suit donc les pas de ce Mc Cash, un ex-flic irlandais, amoché autant  physiquement que moralement, qui découvre qu'il a une fille. Et c'est là que tout commence, en voulant la retrouver, il se trouve malgré lui embarqué dans une sombre affaire de meurtre d'enfant. Et tout s'enchaîne pour protéger sa fille. Se révèle alors un policier au coeur tendre. 

Comment Mac Cash peut-il se tirer de ce mauvais pas ? Va-t-il pouvoir sauver sa fille ? Va-t-il lui avouer qu'il est son père ? 

Un policier certes, mais aussi l'histoire d'une fille et son père. 

Je ne connais pas les autres romans de cet auteur, pour certains ce n'est pas non plus son meilleur roman. En tout cas, je lirai volontiers un autre roman et j'invite tous ceux qui veulent un bon policier à lire celui-ci ou un autre.

Quatrième de couv' : Mc Cash, s'il n'est plus flic, reste borgne et dévoré par une colère aussi vieille que son premier concert des Clash, à Belfast, avant les grèves de la faim de Bobby Sand et les victimes du Bloody Sunday… Plus de femme, pas d'avenir, des illusions perdues… Un ophtalmologue l'informe que s'il persiste à soigner par la destruction tout ce qui l'entoure, il sera vite et définitivement aveugle. Belle raison pour en finir d'une lumineuse balle dans la tête! L'étincelle pourtant viendra d'ailleurs. Une lettre lui révèle qu'il est le père d'Alice. La mère est morte et c'est à lui désormais qu'il revient de veiller sur la petite… À peine Mc Cash est-il arrivé dans le village de sa fille qu'il trouve une autre fillette noyée. Alice vient le voir. Elle est le témoin qui dérange. Mc Cash, lorsque tombent les morts, redécouvre la peur et l'espoir mêlés. Lui qui voulait mourir mesure de plein fouet la valeur d'une vie. Celle de son enfant…

A découvrir ! 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 14:23

arton14963-0b8c3 Voici mon premier avis de lectrice :

Autant le dire tout de suite, j'ai adoré ce livre ! Il ne m'arrive pas souvent de rentrer chez moi et de ne penser qu'à une seule chose : lire, lire, lire... C'est ce qui est arrivé avec Les Visages, je l'ai dévoré. Ce qui est génial avec ce livre c'est que vous êtes littéralement embarqué, allant de révélations en révélations... De ce fait, on ne peut plus s'arrêter. C'est assez horrible et génial à la fois. 

L'histoire : Un galeriste new-yorkais Ethan Mullerdécouvre des dessins d'un artiste inconnu Victor Crack, qui a disparu. L'exposition des dessins a lieu, les ventes sont bonnes, tout se passe bien pour le personnage principal jusqu'à ce que un policier à la retraite reconnaît dans les dessins des portraits d'enfants retrouvés morts il y a plusieurs années... Le galeriste mène l'enquête et c'est là que l'on va de découverte en découverte... 

C'est un thriller très bien fait, on est vraiment tenu en haleine. Qui est ce Victor Crack ? Est-ce un tueur en série ? On se pose beaucoup de questions, les réponses ne viennent qu'au fur et à mesure. C'est un polar très construit au niveau de l'intrigue, tout ne réside pas dans la fin mais l'écriture tissée de révélations qui nous emmène toujours plus loin dans le suspens. 

C'est énorme ! 

 Quatrième de couv : Lorsqu'Ethan Muller, propriétaire d'une galerie,met la main sur une série de dessins d'une qualité exceptionnelle, il sait qu'il va enfin pouvoir se faire un nom dans l'univers impitoyable des marchands d'art. Leur mystérieux auteur,Victor Cracke, a disparu corps et âme après avoir vécu reclus près de quarante ans dans un appartement miteux de New York. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c'est le travail d'un génie. La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d'enfants victimes, des années plus tôt, d'un mystérieux tueur en série. Ethan se lance alors dans une enquête qui va bientôt virer à l'obsession. Une intrigue machiavélique, des personnages soignés et un hors pair placent Les Visages au niveau des plus grands livres du genre, tel Mystic River de Dennis Lehane ou L'Analyste de John Katzenbach.

 

 

Partager cet article
Repost0