Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Temps De Se Présenter

  • : Le temps de lire
  • Le temps de lire
  • : Les livres que j'ai lus et aimés. "J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot" Honoré de Balzac
  • Contact

Le temps d'aimer

Recherche

Le temps de lire aujourd'hui

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KMc9Gb%2B1L._SL160_.jpg

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41radEzu8pL._SL160_.jpg

Archives

24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 19:45

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41AL3YHlIaL._SL160_.jpg

 

 

J'avais très envie de le lire, plusieurs semaines que j'attendais qu'il soit libre à la bibliothèque. Je l'avais repéré que le blog d'Agathe, des critiques élogieuses sur Babelio... Et malheureusement, je n'ai pas accroché. Je l'ai commencé et je ne l'ai pas terminé !

 

Un classique de la littérature américaine, un style particulier, l'histoire atypique d'un écrivain. C'est dommage mais je n'ai été sensible à rien, je me suis accroché et puis voilà, ce livre et moi ça n'a pas collé. Je n'avais pas l'esprit à lire ce livre car j'ai dévoré un livre de littérature anglaise beaucoup plus léger. Pourtant je ne dirai pas que Le dernier stade de la soif soit pesant à lire, beaucoup d'ironie dans le roman à ce qu'il me semble.

 

Voici la quatrième de couverture pour se faire sa propre idée :

Avec mordant et poigne, Exley décrit les profonds échecs de sa vie professionnelle, sociale et sexuelle. Ses tentatives pour trouver sa place dans un monde inflexible le mènent aux quatre coins du pays, mais surtout à l'hôpital psychiatrique d'Avalon Valley. Au gré des bars, des boulots et des rencontres improbables, l'obsession d'Exley pour la gloire, les New York Giants et leur joueur star, Frank Gifford, grandit. Dans ses mémoires fictifs, en plongeant la tête la première dans ce « long malaise » qu'est sa vie, Frederick Exley transforme la dérive alcoolisée d'un marginal en une épopée renversante. Chargé en grande partie de ce qu'il appelle « des fardeaux du chagrin » et de catastrophes ordinaires, ce premier roman est un époustouflant voyage littéraire. C'est hilarant. C'est touchant. C'est à la fois Nabokov et Bukowski et Richard Yates et Thomas Bernhard.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

topbiblioteca 25/02/2013 11:03

Parfois c'est ainsi, même les plus grands classiques ne sont pas forcément fait pour nous. Peut être qu'un jour...

Agathe 24/02/2013 20:35

Oh bah mince...

amaryllis 25/02/2013 08:57



Oui c'est dommage, j'avais très envie de le lire, toutes les critiques que j'ai vues sont positives, mais je n'ai pas accroché à la lecture. Je ne saurai vraiment dire pourquoi...